Margaux

Quoi de mieux que de travailler au sein d'un lieu agréable que l'on connait déjà ?

En quelle année d'études êtes-vous inscrit.e ?

Préparation-concours IPAG de Rennes 1

Quelle a été votre motivation pour candidater ?

Plusieurs raisons m'ont poussées à candidater l'année dernière pour assurer le monitorat des salles La Borderie.

Déjà, j'ai toujours eu à cœur de travailler en parallèle de mes études universitaires pour m'assumer financièrement et je pense qu'il est essentiel de connaitre le monde du travail avant de l'intégrer à la fin de notre scolarité.

Autre point non négligeable, la rémunération est attractive.

Ensuite, j'ai eu de nombreux échos très positifs d'anciens étudiants moniteurs sur le travail de surveillance. Fréquentant moi-même la bibliothèque du centre en journée et en soirée, je connaissais déjà les lieux et quoi de mieux que de travailler au sein d'un lieu agréable que l'on connait déjà ?

Enfin, je cherchais un job conciliable avec mes études.

Comment présenteriez-vous à un.e autre étudiant.e la mission de moniteur des salles La Borderie ?

La bibliothèque Centre accueille chaque jour plusieurs centaines d'étudiants. La mise en place des salles La Borderie est une aubaine pour les étudiants désireux de pouvoir travailler le soir et le week-end, dans le calme. Cependant, cette possibilité doit être encadrée afin que chacun puisse travailler sereinement. C'est là que les moniteurs étudiants interviennent : nous sommes là dès l'ouverture de la bibliothèque jusqu'à sa fermeture.

Notre première mission est de ranger les chaises et les tables avant que les étudiants rentrent dans la bibliothèque.

Ensuite, nous contrôlons les étudiants en leur demandant systématiquement de présenter leur carte étudiante ; nous sommes également là pour vérifier que les conditions pour travailler sont adéquates (absence de bruits notamment) en lien avec les agents de sécurité en faisant régulièrement des rondes au sein du Patio et des salles de groupes.

Enfin, une fois les étudiants sortis nous nous assurons qu'ils n'ont rien oublié derrière eux, en rangeant les espaces de travail.

Qu'est-ce que cette expérience vous a apporté ?

D'abord, cette expérience m'a assuré une stabilité financière tout au long de l'année.

Ensuite, cela m'a permis de gagner en assurance puisqu'il peut arriver - mais c'est rare - que certains étudiants aient du mal à se plier aux règles de la bibliothèque.

Enfin, travailler en dehors des études nécessitent de s'organiser entre les cours, le travail, et notre vie personnelle. J'ai ainsi gagné en organisation et en planification afin de ne pas me laisser surcharger et pouvoir me laisser du temps libre.

Conseilleriez-vous ce job à d'autres étudiants et pourquoi ?

Je conseille vivement ce job à d'autres étudiants ! Je regrette d'ailleurs de ne pas avoir eu l'intelligence de postuler les années précédentes.

Le monitorat est largement conciliable avec nos études universitaires si l'on est organisé. Cette organisation est facile à mettre en place puisque c'est nous, les moniteurs, qui établissons le planning chaque mois en fonction des disponibilités de chacun. C'est également nous qui faisons en sorte de nous arranger entre nous si un soir quelqu'un ne peut pas assurer sa permanence.

L'équipe est super, que ce soit les agents de sécurité ou bien l'administration de la bibliothèque qui nous gère.

Enfin, le nombre d'heures de permanence à assurer est très loin d'être insurmontable puisque nous travaillons en moyenne un ou deux soirs par semaine et un week-end dans le mois.

Et vous, quelle est votre BU de prédilection ? Pourquoi ?

La bibliothèque Centre sans aucun doute. D'une part pour son fond documentaire très riche lorsque l'on est en étude de droit, et d'autre part pour son calme et sa luminosité même en plein hiver.

C'est une bibliothèque agréable et silencieuse nous permettant de travailler dans de bonnes conditions.

Pouvez-vous décrire "votre" confinement en quelques mots ? Être confiné, ça change quoi pour vous ?

J'ai la chance de pouvoir être confinée chez mes parents dans une grande maison proche de la mer, en compagnie de mon frère et ma soeur eux-mêmes étudiants. Le confinement se passe donc très bien. Ayant été reçue à mon concours, je n'ai pas d'examens ou de travaux à passer ou à rendre cette année, donc je n'ai pas la pression que peuvent subir la majorité des étudiants. Cependant, j'ai remarqué quelques changements.

D'abord, apprendre à s'ennuyer : le terme apprendre n'est ici pas anodin, c'est la première année où je n'ai pas d'examens au second semestre, où je n'ai rien à réviser et il a fallut un certain temps avant que j'accepte de pouvoir m'ennuyer parfois une heure ou deux en l’absence de quelque chose de primordial à faire.

Ensuite, je n'ai jamais autant appelé mes proches que durant cette période (grands-parents, oncles, tantes, cousins...) et l'on oublie souvent de prendre de leurs nouvelles le restant de l'année.

Enfin, "mon" confinement me permet de relativiser sur ma situation personnelle et familiale et de me rendre compte que j'ai beaucoup de chance.